PBP 2019 

PBP2019 Accueil   

SPEEDMACHINE de HP-Vélotechnik (page maj le 30/09/2015 )
 

PREPARATION

PLAN DE ROUTE

L'ECLAIRAGE

LES BAGAGES

TECHNIQUE

SECURITE

SANTE

ROULER COUCHE

PERFORMER HR

SOKOL TD

ZapA4 Mobile

SCORPION

 

... en plus de couleur assortie à la voiture

 

 

Le jour de son premier bain ! (crédit photo Will et Béa)

 

 

haut de page

 

Décalage du guidon vers le haut à l'aide d'une potence de VD

 

 

L'allonge du siège qui rappelle la forme d'une selle de vélo droit

 

 

... ou comment rallonger le levier de commande d'un dérailleur AV

 

 

La roulette lisse d'origine ...

 

... et la nouvelle roulette dentée de chez Terracycle

 

 

haut de page

 

Un nouveau look avec la roue AR en 700-23

 

 

Les roulements ont retrouvé leur totale liberté en rotation.

 

 

La fourche retournée pour avoir plus de chasse

 

La dynamo galet sous la roue AR

 

poutre fissurée, réparable ou cadre à changer ?

haut de page

 

 

 

 

Voir la page "ROULER COUCHE" pour mon initiation et une approche plus générale du vélo couché

EUREKA Septembre 2008, une occasion, un Speedmachine de HP Vélotechnik

Ce VC répond-t-il à mes souhaits de base:

C'est un 26 - 20 donc dans mon domaine de repli en matière de dimensions de roues mais, comme en plus de la suspension AR, il y a une suspension à l'AV, je considère moins la roue avant en 20" comme un handicap.

Hauteur du siège: 45 cm, inclinaison possible de 25 à 35°, c'est OK

Différence H Siège - H pédalier: 20 cm donc plus haut que mes premiers essais, il va falloir que j'expérimente.

Empattement: 1,20 m et large guidon au dessus, OK

Garde pédale -roue AV  10 cm, c'est aussi OK

Freins à disque à commande hydraulique, c'est luxueux

Et vis à vis des autres critères:

La transmission ( 3plateaux- 9 dentures) n'est pas directe (poutre en macaroni) mais la roulette intermédiaire lisse est de grand diamètre, 10 cm, donc demi-mal en perte de rendement. La chaîne est trop sous tube à mon avis, je prévois en supprimer quelques décimètres mais je dois en laisser suffisamment sur le brin mou afin qu'il ne "flotte" pas trop sur les mauvais revêtements et vienne taper dans la fourche.

La longueur des manivelles est 170 mm, et du haut de mes 1,70 m j'ai toujours utilisé de telles manivelles en VD. 

Le guidon n'est pas relevable, j'aurais préféré qu'il le soit parce que j'ai un peu de difficultés à m'extraire du siège. Je le trouve aussi un peu trop large.

Comme le vélo est équipé de porte bagage, garde boue, éclairage, porte bidons, béquille je n'ai pas à vérifier la possibilité de monter ces accessoires.

Il reste le poids qui, comme je l'ai écrit plus haut, ne doit pas être considéré pour l'instant comme un paramètre majeur. Heureusement comme les randonneurs qui roulent en autonomie je n'ai pas trop d'état d'âme à ce sujet.

. ROULER EN SPEEDMACHINE:

Comme dit le constructeur "lower, faster, further" ce VC est une Rolls par son confort et ses équipements, je le classe dans les randonneuses. Ses qualités de roulement sont très bonnes (pneus fins gonflés à 6 - 8 bars)

. affiner ma position couchée:

Le fait de relever le siège jusqu'à 35° me donne une position semi-assise donc avec plus d'appui sur les fesses. En même temps dans cette position le bas du siège est plus horizontal et j'ai tendance à glisser vers l'avant. Pour y remédier, j'ai ajouté le prolongateur de la partie centrale du bas du siège fourni par le constructeur (photo ci-contre). De forme relevée par rapport à l'assise dans sa partie centrale, il me permet de m'appuyer un peu au niveau de l'arrière des ischions sans pour autant gêner le mouvement des muscles fessiers. 

L'expérience de longues distances m'a conduit au final à coucher le siège à 30 ° pour soulager l'appui sur les fesses mais avec le risque des problèmes de nuque sur les très longues distances (à expérimenter)

Me glisser sous le guidon non relevable n'est pas vraiment un problème, c'est me relever qui est un peu difficile.

Je cherche aussi une solution pour avancer mes mains et ainsi modifier la position de mes coudes trop en arrière par rapport au corps, ce qui a pour effet de me faire creuser le dos au niveau des omoplates alors que mon port de nuque est plus facile avec le haut du dos arrondi. J'ai réglé le problème, en décalant le guidon vers le haut à l'aide d'une courte potence de VD (photo ci-contre). 

Octobre 2010: j'ai pu me faire confectionner une potence toujours rigide mais qui me donne la même position de guidon que suite à ma modification ci-dessus. L'accès au vélo s'en trouve aussi amélioré .

Le pédalier relevé de 20 cm par rapport au siège va dans le sens d'une position plus ergonomique. Sur mon vélo laboratoire lorsque je poussais fort sur les pédales mon appui dorsal se faisait plus au niveau des omoplates, avec levée et glissement des fesses vers l'avant, ici je reste bien en appui sur les reins.

J'ai affiné l'avancée du pédalier au fur et à mesure des mes courtes sorties. Pourtant ayant fixé mon vélo sur un home-trainer à galet, j'ai éprouvé le besoin de rentrer encore la bôme. Comme elle était en butée de part mes réglages précédents, je l'ai coupée de 5 cm pour retrouver une plage de réglage. Je me suis aussi rendu compte en pédalant sur le home-trainer que je ne m'asseyais pas bien centré sur mon siège, ce que je ne pouvais pas remarquer sur la route.

Avec un siège à 45cm du sol je n'ai aucune difficulté pour faire le "ciseau" de jambe pour atteindre la pédale en position haute tout en gardant l'autre pied bien à plat sur le sol. Par contre à l'arrêt je dois bien poser mon pied d'appui au sol vers l'arrière pour qu'il ne glisse pas (sol gravillonné) ou que le vélo recule.

. améliorer le speedmachine:

. la transmission

Après 1000 premiers km, pour vérifier qu'on emmène mieux le vélo en "moulinant" avec des manivelles plus courtes, je suis passé aux manivelles de 165: mes premières sensations sont bonnes mais mon subconscient devra accepter de transmettre moins de couple. D'après mes observations, le poids de la jambe ramène le pied à l'équerre avec la jambe ce qui fait perdre le bénéfice de l'articulation de la cheville comme en VD d'où perte de vélocité. En utilisant des manivelles plus courtes on vise donc à retrouver une partie de cette vélocité. 

L'expérience du trajet PBP entre Loudéac et Carhaix, type toboggan, m'a permis de définir les dentures adaptées à mes capacités physiques pour ce profil de routes: 48-36-24  et  12-13-14-15-16-18-21-25-30  (plage de développements de 1à 5). En pratique le développement mini se définit pour la fréquence de pédalage que l'on peut tenir en effort moyen+ et en continu, et ceci pour assurer la vitesse limite inférieure de tenue d'équilibre et pour être à peu près certain de rouler droit en côte. Ici 60 t/mn avec 24/30, roues de 26" donne preque 6 km/h

La course de la manette tournante SRAM n'était pas adaptée au dérailleur AV shimano 105. A l'aide d'un moreau de machoire de V-Brake j'ai résolu le problème (voir photo) en rallongeant le levier de commande.

J'ai remplacé la roulette relais lisse par une roulette dentée (15 dents) pour éliminer la sensation d'élasticité dans la chaîne

. la suspension:

J'ai monté à l'arrière un vérin oléo-pneumatique à la place du ressort/amortisseur hydraulique: gain de poids et confort amélioré

A l'avant j'ai remplacé le circlips qui empêche le déboîtement de la fourche par une bague filetée (le circlips était arraché lors de fortes secousses de la roue avant comme lors de la traversée de certains passages à niveau)

. le guidon:

Trop large, je l'ai raccourci au total de 15 cm

. les freins:

J'ai remplacé les étriers des freins sur disques à commande hydraulique par des étriers à commande mécanique que je considère plus fiables et plus facile d'entretien (en cas de chute les durites d'huile pouvaient être arrachées et seul un spécialiste équipé de l'outillage spécifique aurait alors pu me dépanner)

. le porte bagage:

Je l'ai démonté (gain 900 g.) et équipé le siège de deux sacoches bananes de 12 l. chacune.

J'ai installé un porte-bidon de chaque côté sous le siège.

. la roue arrière:

Après 6000 km de roulage je me suis inquiété d'avoir pour cette roue un pneu de remplacement en réserve: étant monté en 26 pouces pneu fin (559-25), j'ai rapidement ressenti le fait que l'approvisionnement dans cette dimension est difficile. Je me suis alors orienté vers le 650C (571-25) mais la situation n'est guère meilleure.

C'est alors que j'ai observé que les bases arrières de mon vélo couché acceptaient une roue de 700C (622-23) identique à celle que j'ai sur mon vélo droit. J'ai fait un essai avec cette roue et j'ai immédiatement constaté que le léger changement d'assiette du vélo (+ 3cm à l'arrière) est sans influence sur la stabilité.

Les bases arrières n'étant construites que pour frein à disque, je me suis alors monté une roue en changeant le moyeu d'une roue en 700C que j'avais en réserve. J'ai choisi un moyeu monté sur cône/billes parce que ce type de roulement, en plus d'être règlable, tourne plus librement que les roulements à billes qui sont freinés par leurs joues d'étanchéïté. Je suis aussi resté dans la tradition avec 36 rayons ce qui m'a permis de faire de chaque côté un croisement en 4 et d'avoir ainsi une roue à toute épreuve.

. la roue avant:

L'axe ne semblant pas avoir suffisamment de liberté en rotation, j'ai retiré des roulements leurs joues latérales d'étanchéïté ( 2 rlts = 4 joues), j'ai maintenant une qualité de roulement correspondant au haut niveau sans investissement. Le déflecteur sur l'axe suffit largement pour la protection des roulements, mais il ne faut pas utiliser la HP pour nettoyer le vélo !

. la chasse:

Le vélo est d'origine vif à conduire, la direction est sensible et le passage de la roue arrière en 28", s'il n'a que peu accentué cette sensibilité, a quand même légèrement diminué la chasse ( - 1cm ?). Ayant remarqué que l'axe de la roue AV est 1,5 cm en avant de l'axe de la fourche j'ai eu l'idée, ( de génie !) de faire faire un 180° à la fourche augmentant ainsi la chasse de 3 cm. Tenant compte du cm perdu (voir ci-dessus) la chasse se trouve ainsi passer de 7 à 9 cm.

Aux essais grande satisfaction: vélo déjà plus stable à vitesse moyenne et surtout en courbe, un "retour" sensible de la roue avant dans le guidon (léger appui des mains possible sur le guidon). Les pattes de la fourche sont surdimensionnées et je n'ai aucun soucis à les faire travailler "à l'envers"  

J'en déduis que les constructeurs devraient construire les fourches pour roue de 20" avec une chasse plus importante.

J'ai été obligé de retourner le disque ( il est maintenant à droite ) sur le moyeu pour qu'il retrouve son sens normal de travail. .

. l'éclairage:

       

J'ai conservé la dynamo galet débrayable mais remplacé le phare halogène par un iQ-fly à LED de chez Busch et Muller (système d'orientation du faisceau de la LED par un réflecteur de forme étudiée pour donner un faisceau de lumière adapté aux vélos).

En route normale de nuit j'alimente le phare à partir de piles . En cas de manque de piles je passe sur la dynamo,  le feu rouge du haut est sur piles, celui du bas alimenté en parallèle avec le phare quand je branche la dynamo.. 

Le phare sur piles c'est entrée en 12 volts (coupleur 8 piles AA Lithium ou Li-po 3S 3000 mAH) régulateur de courant (350 mA) à découpage et entrée du courant dans la LED directement à ses bornes en bipassant le circuit imprimé interne au phare. Je dois obtenir un bon 20 heures de fonctionnement soit de quoi couvrir les heures de nuit sur PBP (voir bas de la page ECLAIRAGE).

BRM 200 et 300 avec le speedmachine chargé

En avril-mai 2010 j'ai eu l'occasion de tester mon VC en roulant sur des distances un peu plus grandes mais surtout avec un profil de route accidenté (monts du boulonnais) avec certains passages particulièrement pentus sur lesquels il m'a fallu "serrer les dents" pour tenir les 6 km/h afin de ne pas louvoyer et risquer d'être accroché par une voiture.

A la fin d'un BRM 300 j'ai ressenti le vélo chargé (autonomie) plutôt lourd et je n'ai pas imaginé faire avec, des distances plus longues en temps limité.

La panne

En août 2011 je constate que la bôme est désserrée, resserrage impossible: la poutre (cadre) est fissurée le long des oreilles de serrage de la bôme (photo)

Vélo de deuxième main de 7 ans à cette date, plus de garantie. Pas de réponse ni de propositions de réparation du constructeur ni de mon vélociste ( n'oseraient pas me dire que je dois changer le cadre ? )

Novembre 2011: le vélo change de main, le nouvel utilisateur va rechercher et mettre en oeuvre la solution de réparation ou de consolidation (colliers serflex ou collier spécifique à confectionner) qui va donner une nouvelle vie à ce vélo aux très bonnes qualités routières.